L’obligation de la facturation électronique: ce qu’il faut savoir

La facturation électronique est désormais une réalité incontournable pour les entreprises françaises. En effet, la loi de finances pour 2020 prévoit une généralisation progressive de cette pratique à partir de 2024. Dans cet article, nous vous expliquons les enjeux de cette obligation, les étapes du calendrier prévu et les conseils pour réussir votre transition vers la facturation électronique.

Le contexte législatif de la facturation électronique en France

La loi de finances pour 2020 a instauré l’obligation progressive de la facturation électronique pour toutes les entreprises françaises. Cette mesure vise à simplifier les échanges entre les acteurs économiques, à lutter contre la fraude fiscale et à améliorer le recouvrement des créances. Ainsi, selon un communiqué de la DGFiP (Direction générale des finances publiques) en date du 28 juillet 2023, le dispositif initialement prévu pour le 1er juillet 2024 a été reporté afin d’assurer la réussite de cette réforme importante pour l’économie.

Le calendrier de généralisation de la facturation électronique

Le déploiement progressif de cette obligation se fera selon un calendrier précis :

  • Au 1er janvier 2025, les grandes entreprises (plus de 250 salariés ou plus de 50 millions d’euros de chiffre d’affaires) devront utiliser la facturation électronique pour leurs transactions et avec les autres entreprises (B2B).
  • Au 1er janvier 2026, les moyennes entreprises (entre 50 et 250 salariés ou entre 10 et 50 millions d’euros de chiffre d’affaires) devront faire de même.
  • Au 1er janvier 2027, les petites entreprises (moins de 50 salariés ou moins de 10 millions d’euros de chiffre d’affaires) devront également se conformer à cette obligation.
A lire aussi  Comment choisir le CFE adapté lors de la création de votre entreprise ?

Les enjeux de la facturation électronique pour les entreprises

La transition vers la facturation électronique présente de nombreux avantages pour les entreprises. Tout d’abord, elle permet de réduire les coûts liés au traitement des factures papier (impression, envoi, stockage), ce qui peut représenter une économie significative pour les entreprises. De plus, la dématérialisation des factures contribue à une meilleure traçabilité des transactions et facilite le suivi des paiements.

En outre, la facturation électronique permet d’accélérer le processus de paiement et d’améliorer la gestion des relations avec les fournisseurs et les clients. Enfin, cette pratique s’inscrit dans une démarche de développement durable en réduisant l’utilisation du papier et en limitant l’impact environnemental.

Comment réussir sa transition vers la facturation électronique ?

Pour mettre en place la facturation électronique dans votre entreprise, il est important de suivre quelques étapes clés :

  1. Choisir un logiciel de facturation adapté : il existe de nombreux logiciels de facturation électronique sur le marché. Il est important de choisir celui qui répondra le mieux à vos besoins en termes de fonctionnalités, d’ergonomie et de compatibilité avec votre système d’information.
  2. Former vos équipes : la transition vers la facturation électronique implique une nouvelle organisation et des compétences spécifiques. Il est donc essentiel de former vos collaborateurs aux outils et aux processus liés à cette pratique.
  3. Communiquer avec vos partenaires : informez vos fournisseurs et clients de votre passage à la facturation électronique et assurez-vous qu’ils disposent des moyens nécessaires pour recevoir et traiter ces factures dématérialisées.
  4. Assurer la sécurité des données : la facturation électronique implique la manipulation d’informations sensibles. Il est donc crucial de mettre en place des mesures de sécurité appropriées pour protéger ces données contre les risques de piratage ou de fuite.
A lire aussi  Les droits des personnes ayant prêté leur véhicule pour des raisons de solidarité mis en fourrière

Les perspectives d’évolution

La généralisation progressive de la facturation électronique en France s’inscrit dans un mouvement mondial visant à encourager les entreprises à adopter cette pratique. Ainsi, selon une étude réalisée par BILLentis, le volume global des factures électroniques devrait atteindre 60 milliards en 2024, contre 42 milliards en 2019.

Dans ce contexte, les entreprises françaises doivent se préparer dès maintenant à cette évolution inéluctable. La réussite de cette transition repose sur une bonne anticipation, une organisation adaptée et un accompagnement de qualité par des professionnels compétents.

La facturation électronique est désormais une obligation légale pour les entreprises françaises. Cette mesure vise à simplifier les échanges commerciaux, à renforcer la lutte contre la fraude fiscale et à faciliter le recouvrement des créances. Ainsi, il est essentiel pour les entreprises de se préparer dès maintenant à cette évolution en choisissant un logiciel adapté, en formant leurs équipes et en assurant la sécurité des données. Le succès de cette transition repose sur une bonne anticipation et un accompagnement de qualité par des professionnels compétents.